Un accueil chaleureux – A warm welcome

Bonjour, mon nom est Julien Mégrourèche et je suis un candidat à la maîtrise en physique médicale sous la supervision de Dre Shirin Enger. The english version follows.En collaboration avec Lilian Childress et Jack Sankey du département de physique de l’Université McGill, nous développons un dosimètre in-vivo innovant.

Depuis notre arrivée à Uppsala, nous sommes installés dans les bureaux de l’unité de Sjukhusfysik (physique hospitalière) du centre hospitalier Uppsala Akademiska Sjukhuset. Il est peu dire que nous sommes bien accueillis ici, notamment par le professeur Anders Ahnesjö et par le bon café de la machine départementale. Nous avons d’ailleurs eu le privilège de visiter diverses cliniques et laboratoires à travers nos rencontres de la semaine dernière.

Mardi, nous avons tout d’abord visité la clinique de radiothérapie, accompagnés par Eric Grönlund, un sympathique candidat au doctorat et physicien médical à temps partiel ici à l’hôpital. À ma grande surprise, la clinique est plutôt similaire à celles que je connais au Québec. Elle comprend 4 accélérateurs linéaires, une suite de Curiethérapie et une dizaine de physiciens motivés qui ont sensiblement le même rôle que nos physiciens québécois : s’assurer que la bonne dose soit délivrée au bon endroit. Au printemps prochain, il est prévu que la clinique déménage dans un nouveau centre flambant neuf, à la fine pointe de la technologie. Elle sera notamment équipée d’un MR-Linac, ce qui s’annonce particulièrement excitant !

Le lendemain, le généreux Filip Heijkenskjöld, professeur à l’Université d’Uppsala, nous a offert de visiter le laboratoire Ångström. Nous y avons découvert le département de physique en passant notamment par les salles de classe des étudiants. Comme en témoignent les photos ci-dessous, nous avons même eu droit à un tour de centrifugeuse dans un des laboratoires. Cœurs sensibles, s’abstenir!

 

 

 

 

 

 

 

Le même jour, Dr Erik Peterson nous a accueillis au laboratoire Tandem. On y retrouve de gigantesques accélérateurs de particules desquels émergent divers travaux de recherche allant de la caractérisation de matériaux jusqu’à l’archéologie, en passant par la biomédecine. Parmi leur différents projets, ils étudient notamment la neurogénèse du cerveau humain à l’aide de techniques de datation au C-14, ce qui m’a particulièrement fasciné. Ci-dessous se trouvent quelques photos de notre visite fort instructive.

 

 

 

 

Pour couronner le tout, nous avons visité la clinique Skandion, soit l’impressionnant centre de proton thérapie sur le campus. Erik Almhagen, lui aussi candidat au doctorat et physicien médical à temps partiel, nous a invités à parcourir la clinique qui n’est d’ailleurs ouverte que depuis quelques années. Elle comprend 2 salles de traitement en fonction et les physiciens du centre ne chôment pas : leur charge de travail est particulièrement importante en raison de la complexité de l’équipement. De toute la visite, c’est la taille surréaliste des appareils qui m’a le plus surpris de par leur hauteur de presque 3 étages. Heureusement, ils ont pensé à tout : la majeure partie de l’appareil n’est pas à la vue des patients afin de ne pas les angoisser inutilement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Somme toute, c’est un accueil bien chaleureux auquel nous avons eu droit à Uppsala jusqu’à présent. Il ne reste plus qu’à espérer que les prochaines semaines soient toutes aussi formatrices, ponctuées de rencontres enrichissantes. Personnellement, je suis certain qu’elles le seront !

 

Hi, my name is Julien Mégrourèche and I am a MSc candidate in medical physics under the supervision of Dre Shirin Enger. In close collaboration with Lilian Childress and Jack Sankey from the physics department of McGill University, we are developing an innovative in-vivo dosimeter.

Since our arrival in Uppsala, we are installed in the offices at the Sjukhusfysik unit at the Uppsala Akademiska Sjukhuset. Medical physics is called “hospital physics” in Sweden. We were warmly welcomed here, especially by Professor Anders Ahnesjö and by the coffee machine at the department. Over the last week, we had the chance to visit various clinics and laboratories in Uppsala with interesting people.

On Tuesday, we first visited the radiotherapy clinic with Eric Grönlund, a sympathetic PhD candidate and part-time medical physicist here at the hospital. To my surprise, the clinic was quite similar to the ones I know in Montreal. It comprises 4 linear accelerators, a brachytherapy suite and about 10 motivated medical physicists that have essentially the same role as our Québec physicists: To ensure that the right dose is delivered at the right place. Next spring, the clinic is expected to move into a brand new, state-of-the-art building. It will be equipped with an MR-Linac, which promises to be particularly exciting!

The next day, the generous Filip Heijkenskjöld, professor at Uppsala University, offered to visit the Ångström laboratory. We had a tour of the physics department, including the student classrooms. As you can see on the pictures above, we even had a centrifuge ride which was very dizzying. The centrifuge is used for undergraduate mechanics labs.

On the same day, Dr Erik Peterson welcomed us to the Tandem laboratory where we discovered gigantic particle accelerators used in a broad range of research fields including material characterization, archeology and biomedicine. Among their various projects, they study the neurogenesis of the human brain using C-14 dating techniques, which fascinated me. Have a look at the pictures from our highly informative visit.

Finally, we visited the Skandion clinic, the impressive proton therapy center on the campus. Erik Almhagen, also a PhD candidate and part-time medical physicist, invited us to visit the clinic which has only been open for a few years. It comprises 2 functional treatment rooms and the physicists workload is particularly important because of the complexity of the equipment. Of the entire facility, the surreal size of the gantries surprised me the most by their height of almost 3 floors. Fortunately, they thought of everything: Only a small part of the machine is visible to patients so as not to worry them unnecessarily.

All in all, we had a warm welcome in Uppsala so far. Let’s now hope that the next weeks will all be as enlightening, filled with enriching encounters. Personally, I’m sure it will be!

Julien